Janvier 2019:

L’année 2018 a tiré sa révérence, nous voici face à 2019. Les incertitudes et les problèmes restent nombreux pour la profession et pour ceux qui essayent de transmettre « la passion du premier recours ». 

Des intérêts divers trop évidents, souvent contradictoires et opportunistes sont en jeu.

 

     Notre collège, pour sa part, en rapport avec le collège national va poursuivre son travail en profondeur. Tout ne sera pas solutionné mais déjà certaines propositions sont évoquées regroupant aussi les missions traditionnelles du collège:

- recherche de MSU de valeur dans les six départements (la formation ne se brade pas)

- mise à jour à travers nos séminaires des connaissances pédagogiques nécessaires à la formation des médecins généralistes (à raison de deux par an).

- présence lors des journées des 18 et 19 janvier au Pharo  lors du congrès de l’URPS (ne pas oublier de venir sur notre stand dialoguer).

- défense et regroupement des MSU (voir problème de la rémunération en cours).

- participation éventuelle à un portfolio rémunéré.

- mise en place d’outils de communication déjà ébauchés.

- prévoir la formation en des lieux extra-hospitaliers INDÉPENDANTS.

-  corollaire du précédent (avec l’aide de l’URPS ): favoriser pour la plupart des internes  à la  sortie de l’internat le passage à ce pour   quoi ils sont formés: la pratique de leur profession.

- défendre la mise en place (comme pour toutes les autres spécialités) d’un DES de 4 ans indispensable à la reconnaissance de la discipline à côté des autres ... pas de formation au rabais pour la médecine générale !

 

Notre collège d’autre part a mis en place un volet recherche proposé à ses MSU portant sur l’activité de premier recours au quotidien... le sujet actuel  est un projet national du CNGE:  MyPeBS sur le Dépistage mammographique ciblé.

Ce travail sera géré par le collège régional sur le département du Vaucluse

 

A l’heure où des modifications profondes de la formation médicale se dessinent 

- modification du concours de 1e année

- passage possible à un DES de 4 ans

- possibilité pour les internes en médecine générale d'effectuer un maximum de stages en structures de ville ,

 

il est nécessaire que les forces vives de la profession encadrent  ceux qui leur succéderont  et ne laissent pas ... une nouvelle fois.... leur place a des personnes étrangères à la pratique du premier recours.

 Pr AP Gille